Un tiers des millennials restera locataire, et alors ?
Immobilier
24/1/21

Un tiers des millennials restera locataire, et alors ?

Les millennials resteront-ils une génération de locataires ? 

De nos jours, la mesure traditionnelle du succès : « posséder un appartement et / ou une voiture » est dépassée. Un nombre croissant de jeunes ne veut plus les acheter. En effet, des études montrent que la génération des « millennials », qui a maintenant entre 30 et 35 ans, achète rarement des voitures et serait de moins en moins encline à acheter son logement !

Dans le même temps, avec la crise économique : « Le marché de location est en ébullition parce que beaucoup de gens qui pensaient acheter se disent que ce n’est plus le bon moment, ou alors ils n’obtiennent pas de crédit. Et en même temps, l'offre de logements est de plus en plus importante à la location », explique Laetitia Vitaud, dans son Podcast « Nouveau Départ ».  L’évolution des usages et la crise sanitaire auraient-elles eu raison du carcan traditionnel selon lequel devenir propriétaire est synonyme de réussite sociale ? Et en 2021, la location s’imposait face à l’achat d’un bien immobilier ?

Photo de Helena Lopes sur Unsplash

Premier constat : l’accès à la propriété est plus difficile pour les primo-accédants


La crise liée au Covid-19 semble continuer à freiner la dynamique du marché immobilier. "À cause de la crise du coronavirus, 42% des futurs acquéreurs expriment davantage d'inquiétudes concernant l'obtention d'un prêt immobilier pour concrétiser leur projet", assure Séverine Amate, porte-parole de SeLoger. Ces derniers mois, les accords de prêts se font plus difficiles et moins nombreux. Et on remarque que : 

« Certains profils d’emprunteurs ont été particulièrement pénalisés par la crise, notamment les primo-accédants. En effet, ils subissent de plein fouet les répercussions économiques engendrées par la crise sanitaire, en raison de la précarisation de leur situation salariale. Entre 2019 et 2020, la part des primo-accédants dans le total des emprunteurs a baissé de 5 % sur les dossiers montés, passant de 31% sur le 1er semestre 2019 à 27% sur le même semestre, en 2020, ce qui n’est pas un indicateur de bonne santé du marché du crédit immobilier » précise Sylvain Lefèvre, Président de La Centrale de Financement.

Second constat : la nouvelle génération privilégie la location

Qui va vouloir acheter sa voiture, son téléphone ou même son logement en 2021 ? J’exagère un peu bien sûr, mais la tendance est à l’usage, à la location des biens et services. La fin d’une ère et le début d’une nouvelle ?

La nouvelle génération est en train de passer d’un monde où la possession matérielle était la norme, à un monde où l’usage et le locatif vont prédominer.
Elle veut payer pour ce qu’elle consomme. Elle veut limiter ses charges fixes et maîtriser ses charges variables selon ses besoins du moment, de ses envies. 


Pensez à Netflix qui a changé la manière dont nous consommons des films, des séries. Les téléchargements ont drastiquement baissé depuis quelques années. Qui a encore un mega disque dur rempli de films alors que le cloud de Netflix se remplit de manière exponentielle chaque année ?

Spotify offre la même chose avec la musique. Les chauffeurs VTC ou des services comme Blablacar sont devenus une alternative à l’achat d’une voiture, etc.

Et devinez quoi ? Le logement pourrait bien suivre cette tendance ! 


Devenir propriétaire n’est plus un « must do » pour la nouvelle génération



« Un ménage est contraint par trop de facteurs pour pouvoir décider librement d’investir dans l’immobilier. », souligne Nicolas Colin, cofondateur et directeur de The Family. En effet,  l’emploi, la localisation, la capacité d’emprunt, une préférence pour un environnement plutôt qu’un autre.

On peut aussi rajouter une vision du nomadisme qui revient en force par opposition au sédentarisme qui est moins « sexy » pour les millennials.

Le sédentarisme a naturellement entraîné les gens à posséder. Une voiture, puis un appartement ou une maison, des meubles, un garage, etc.

Notre génération est et va être plus mobile que les anciennes générations avec des envies de vivre des expériences à l’étranger, une envie d’être plus indépendant que ce soit dans :

  • le travail : durée des contrats, type de contrats, changement de métiers, etc.
  • le lieu de vie : mobilité souhaitée pour découvrir d’autres lieux dans le monde
  • le style de vie : nomade digital, indépendant, sédentaire, nomade six mois sédentaire six mois, etc.

Il y a également le minimalisme qui s’impose comme un art de vivre en plein développement qui permet de ne posséder que l’essentiel et de bénéficier d’une liberté de choix / de déplacements presque totale.

La possession se transforme donc en une expérience qui va leur permettre de découvrir plus d’activités, de tester plus facilement ce qu’ils aiment ou non sans avoir le sentiment d’être bloqués avec une possession qu’ils doivent assumer. Entre autres, il est plus difficile de voyager lorsque vous devez payer votre logement AirBNB pour les vacances ET le loyer de votre résidence principale.


Louer un logement peut donc offrir davantage de flexibilité
. N’ayant pas d’obligation à rentabiliser votre achat, vous êtes libre de déménager quand bon vous semble et n’avez pas à anticiper l’évolution de vos projets. Par ailleurs, la location d’un logement peut aussi offrir plus d’espace

Photo de LinkedIn Sales Navigator sur Unsplash


Quelles conséquences face à cette situation ? 


Le refus d’un crédit bancaire dans le cadre d’un achat immobilier s’annonce-t-il comme un « nouveau » grand moment de vie de la nouvelle génération ? Malheureusement oui, car 1/3 des millennials ne deviendront jamais propriétaires de leur logement. Chez Kokoon, ils nous semblent qu'il faut adapter dès aujourd’hui nos modèles de formation pour répondre à ce « nouveau » traumatisme émotionnel : celui de l’achat immobilier avorté par un défaut de crédit.

Comment ? En travaillant avec des chasseurs locatifs ou "Kokooners" qui ont vécu une expérience similaire afin de pouvoir accompagner au mieux nos clients et d'avoir  une rencontre, ou "matching" entre un Kokooner et son client qui soit le plus affinitaire possible. Un Kokooner qui est passé par ce grand moment de vie pourra vous accompagner le mieux possible.


En bref, le locataire de demain pourra déménager très simplement d’appartement en appartement grâce à Kokoon. Il sera mobile et partagera son temps entre son logement en dehors des grandes villes pour sa vie de famille et sa location dans un espace de co-living pour pouvoir se rapprocher de l’entreprise pour laquelle il travaillera. Un mode de logement en location qui l’épanouira totalement grâce à la vie en communauté qu’il procure ! D’ailleurs, il se pourrait bien que demain, la valeur d’un bien immobilier se trouve dans la communauté, et donc dans le matching entre les individus !


Victoria Germain

Crée des articles de blog et du contenu réseaux sociaux, toujours avec le sourire et avec l'envie d'apprendre.

Lire aussi