loading...

Le logement à l’épreuve de la séparation

  • By Victoria Germain
  • 2 juillet 2020
  • 0 Comment
  • 430 Views

Bien souvent, les couples de locataires ont toute la faveur des propriétaires bailleurs, car cela signifie qu’il existe généralement deux salaires pour payer le loyer dû. Mais que se passe-t-il en cas de séparation des locataires ? Est-ce que cela dépend de la situation de couple ?

1. Fixer une date précise pour déménager après une séparation

La planification est très importante surtout quand beaucoup d’émotions et de sentiments refoulés sont impliqués. La décision a été prise et donc la séparation et le déménagement sont inévitables.
Fixez donc une date précise pour votre déménagement. Cela vous évitera de différer indéfiniment et de rester trop impliqué dans la peine et la douleur de votre partenaire. Plus vite vous aurez éloigné physiquement vos affaires et vos biens, plus rapidement vous pourrez faire le deuil et recommencer votre nouvelle vie ailleurs.

2. Établir la séparation des biens

À qui appartient le chien, le canapé ou la télévision ?Au fil des années, de nombreux objets et biens ont été acquis et se sont accumulés. Et ce n’est pas toujours évident ni facile de savoir à qui appartient quoi.
Essayez au maximum de rester neutre et de ne pas vous accrocher désespérément à certains biens affectifs. Des objets qui prendront du coup un petit air de revanche qui peut être très mal perçu par le partenaire et virer au conflit.

Soyez rationnels et décidez entre vous à qui l’objet ou le meuble servira le plus. Posez-vous la question : qui a été à l’initiative de l’acquisition et pourquoi ? Essayez aussi d’être équitable en termes de valeurs pour ne pas léser une des deux parties. Si vous n’arrivez pas à tomber d’accord, dressez une liste objective de vos biens et choisissez à tour de rôle les biens auxquels vous êtes le plus attaché.

3. Obtenir la garde de son animal de compagnie

Pour ce qui concerne le chien, ou le chat ou tout autre animal, prenez en compte les conditions de vie de l’animal. Placez-le dans le domicile qui lui accordera le plus d’espace. Il est évident que si l’un des partenaires vit dans une maison et l’autre en appartement, le choix se fera naturellement ! Mais d’autres critères peuvent entrer en ligne de compte comme le rapport aux enfants ou la disponibilité du maître. 
N’hésitez pas à faire appel à un médiateur si la discussion entre vous est devenue impossible.

4. Choisir qui restera dans la maison

La question de l’actuel logement et de son attribution à l’un des partenaires est aussi une source de conflit. L’idéal, lorsque la situation le permet est que les deux ex-conjoints déménagement tous deux dans un nouveau logement, afin de recommencer une nouvelle vie, en solo, dans un terrain neutre.


Cependant, l’un des deux conjoints peut ne pas avoir l’envie ni la possibilité financière de quitter le logement, qui bien souvent, est un élément essentiel dans la vie des enfants. 

Dans ce cas, il est temps de se pencher sur votre contrat de location. 

5. Faire un avenant au bail de location 

Un avenant au bail de location doit intervenir dans le cadre d’une séparation, peu importe que les deux concubins soient mariés, pacsés ou qu’il s’agisse d’une union libre. La question, au sujet des conséquences de cette séparation pour le logement qu’ils occupaient en commun, se pose. Celles-ci diffèrent selon le statut du couple, ainsi que le contenu du contrat :

  • Couple marié : les époux sont solidaires pendant toute la durée de leur mariage. La séparation est alors indifférente, et l’époux qui a quitté le logement peut être tenu de payer le loyer si celui qui y demeure échoue à correctement exécuter le bail.
  • Couple pacsé : les partenaires de PACS répondent solidairement du paiement du loyer. Le fait qu’ils soient cotitulaires du bail ou séparés est donc indifférent : le bailleur peut toujours exiger le paiement au partenaire qui a quitté le logement.

Pour les couples en union libre, deux situations sont possibles :

  • Si l’un des deux a signé le bail, celui qui part se retrouve libéré de toute contrainte et de toute obligation financière vis-à-vis du logement. Il est alors considéré comme une personne hébergée.
    Mais, si celui qui part souhaite rester dans le logement, il doit alors signer un nouveau bail.
  • Si les deux partenaires en union libre ont signé le bail de location, chacun des deux dispose d’un droit au bail.
    En effet, celui qui part du logement doit payer 50 % du loyer ainsi que des charges jusqu’à la date précisée dans son préavis de départ.

Il est possible que le contrat de location comprenne une clause de solidarité également. À ce moment-là, celui qui quitte les lieux doit payer les loyers et les charges impayés en intégralité, même s’il n’occupe plus l’habitation en question.

Afin d’échapper au principe de solidarité, l’époux ou le partenaire de PACS qui quitte le logement suite à une séparation peut demander au bailleur la signature d’un avenant au bail de location, de la même manière que le concubin cotitulaire d’un bail comportant une clause de solidarité qui adresse son congé au bailleur. Les concubins sont en effet assimilés à des colocataires et soumis aux règles du contrat de colocation.

6. Faire appel à nos kokooners ! 

 La séparation est susceptible d’être entourée d’une grande charge émotionnelle. Cela peut paralyser notre capacité à prendre les bonnes décisions, notamment lorsqu’il s’agit de trouver son nouveau chez-soi. Il donc est préférable de ne pas trop tarder, et si possible de se faire accompagner ! 

Nos Kokooners connaissent le marché immobilier. Mais le plus important c’est qu’il partage de grands moments de vie en commun avec vous ! Ce vécu et cette sensibilité leur permettent d’être à l’écoute de vos besoins et envies, afin de vous dénicher le logement qui abritera votre nouvelle vie. 

Vous n’avez rien à faire, si ce n’est vous laisser porter par les trouvailles que votre kokooner aura sélectionnées et pré-visitées pour vous. 

Ainsi, le déménagement s’apparente à une manière de rompre avec ses habitudes et avec son mal-être, et pourra se mettre en place beaucoup plus facilement que ce que l’on imagine.

Il ne vous restera plus qu’à attendre le coup de coeur de coeur immobilier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *