Kokoon
24/10/20

Dans la tête de notre Partner & Head Of Operations, Angela Isamat : Kokooner Avant Tout !

De la jeune Angela, passionnée d’informatique, à la bienveillante et énergique maman de 4 enfants, aujourd’hui Head Of Operations chez Kokoon, quel est le dénominateur commun ? Le logement, évidemment ! Cette femme qui n’a jamais cessé de transformer les obstacles en opportunités, a aussi connu de grands moments de vie qui l’ont conduit tout droit vers la relocation, et l’envie de dépoussiérer ce secteur vieux de 100 ans. À présent, soutenue par sa flotte de Kokooners, et en dépit de la crise que nous connaissons aujourd’hui, il se pourrait bien qu’elle y arrive !

Angela Isamat, nous partage aujourd’hui son parcours, sa vision de son rôle de Head Of Operations et ses ambitions pour Kokoon.

Une expérience après l’autre…

Lorsque l’on me demande de raconter mon parcours, je réponds toujours : « demandez-moi ce que je n’ai pas fait » ! Passionnée d’informatique, j’ai suivi dès l’âge de 12 ans des cours de programmation. Étudiante, je quitte l’Espagne, mon pays natal, pour suivre un des premiers cours sur l’Intelligence artificielle en Écosse. Je rentre finalement à Barcelone pour poursuivre des études de vétérinaires vouant une passion pour les animaux.

Aujourd’hui, à 52 ans, j’ai connu plusieurs vies professionnelles : expatriée en France, j’ai d’abord travaillé en agence de publicité, avant de rejoindre l’équipe marketing de la Poste où j’ai contribué notamment au lancement de : laposte.net, au déploiement des premières postes d’accès libre à internet dans les agences de la Poste et à la création des codes postaux au Costa Rica par exemple.

Cependant, mon arrivée en France n’a pas été de tout repos ! Comme tous les expatriés, je me suis retrouvée au début confrontée à la barrière de la langue, un véritable frein pour trouver mon premier emploi, et notre premier logement avec mon mari, qui pourtant était français !

Lorsque je quitte le groupe La Poste, je décide de suivre un master en marketing opérationnel et de lancer mon premier projet entrepreneurial : accompagner l’arrivée du conjoint hispanique en France : apprendre le français, trouver un emploi, puis un logement.

Avec ce projet, je mets un premier pied dans le domaine de l’immobilier et développe mes compétences en tant que chasseuse d’appartement ! Même si à l’époque, le terme n’existe pas.

Forte de quelques premières missions d’accompagnement réussies, je décide de monter en France la filiale d’Eres Relocation, acteur européen de la relocation et l’immigration.

Et si c’était la fin de la relocation traditionnelle ?

J’ai créé Eres Relocation France en 2014. Portée par un marché de la relocation lucratif, l’entreprise se porte bien. Cependant elle continue de se développer avec des procès de travail traditionnels et une multitude de services à proposer de l’ouverture d’un compte en banque en passant par le déménagement jusqu’à l’inscription à la sécurité sociale, alors que la technologie arrive petit à petit dans le secteur de l’immobilier et ouvre son champ des possibilités !

J’en ai pris conscience lors d’un congrès sur la relocation aux États-Unis : digitalisation, automatisation, humain… Tout y est. Le changement est en marche et à mon retour en France, je souhaite renouer avec ma première passion : l’informatique et l’appliquer à l’entreprise dans laquelle je travaille,  convaincue que ces nouveaux outils sont la clé de son développement.

Une belle motivation ! Une belle ambition ! Mais, c’était sans compter sur le refus catégorique de la direction de changer les choses. Après tout, le business de la mobilité professionnelle tourne sans le digital (trop long à mettre en place et trop coûteux) alors pourquoi s’y intéresser ?

La rencontre qui a tout changé.

En avril 2019, je rencontre Lénaïc Boucher, cofondateur de Kokoon. Désireux de voir sa start-up collaborer avec Eres Relocation, son discours a résonné en moi. Je partage totalement sa vision sur le futur de la relocation. Tout comme lui, je suis convaincue que le secteur ne peut pas se développer sans le digital, et l’automatisation de certaines tâches. Mais surtout, je porte les mêmes valeurs humaines et cette volonté de replacer l’humain au cœur du marché de l’immobilier.

C’est une révélation pour moi. Et, n’étant plus en accord avec la vision de Eres Relocation, j’ai pris la décision de quitter l’entreprise pour rejoindre Kokoon, avec un seul objectif : disrupter le marché de la relocation !

C’est ainsi qu’en décembre 2019,  j’ai rempli ma première mission de Kokooner ! Je me suis immédiatement sentie à ma place : dans une équipe qui  comprenait que le secteur de la relocation pouvait être simple, rapide, tourné vers l’humain, mais surtout  qu’il ne concernait pas que la mobilité professionnelle, mais également la mobilité personnelle !

Adapter l’organisation, et vite !  

À mon arrivée chez Kokoon, nous étions 7 pour former l’équipe opérationnelle, avec un mindset encore trop proche de celui des agences immobilières traditionnelles.

Mon premier chantier a donc été celui de  remettre en question nos process de travail en vue de développer l’autonomie et les performances de mes collaborateurs. Le tout, en leur inculquant une vision du marché, de notre mission et de nos clients, propre à Kokoon.

C’est là que ma prise de poste en tant qu’ Head Of Operations a pris tout son sens ! Car je me trouve à la croisée des chemins entre l’innovation, le marketing, les ventes et la relation Client, dans un seul et même but : former avec toutes nos équipes un ensemble vertueux.

Pour cela, je me dois de trouver les bons Kokooners, une autre facette de mes responsabilités.

Chez Kokoon, nous avons fait le choix de replacer l’humain au cœur de la recherche immobilière. Afin d’y arriver, nous devons nous entourer d’une diversité de profils, moteur de la force vive de Kokoon.

Il n’est donc pas question pour moi de recruter nos futurs Kokooners uniquement sur un CV, avec de belles expériences en agences immobilières. Je cherche avant tout une histoire, un vécu, ainsi qu’une intelligence émotionnelle et sociale…

Peu importe le niveau de compétences de nos jeunes recrues, car nous avons mis en place un processus d’onboarding et de formation complet : des entretiens en One-To-One, un accompagnement personnalisé avec un « Master Kokooner », et bientôt l’arrivée de la Kokoon Academy !

Cependant, j’ai conscience que dénicher les bons Kokooners, c’est bien, mais s’assurer d’une bonne cohésion d’équipe c’est encore mieux ! Voir indispensable.

Aussi, dans une période où le télétravail tend à devenir la norme, je me suis retrouvée face à un défi: comment maintenir une solidarité entre les Kokooners ?

La réponse tient en trois mots : « Talking to Kokooners ». Il s’agit d’un temps d’échange dédié aux Kokooners, juniors et/ou expérimentés, où chacun est libre de partager ses expériences avec les Kokoonés, de demander conseil, et de donner son avis sur nos processus de travail.

Enfin, je suis également la garante du bon déroulement de nos partenariats avec les agences immobilières.

Tout comme les Kokooners, il s’agit ici de dénicher les professionnels de l’immobilier qui partagent les mêmes valeurs que Kokoon. Ce partenariat à deux objectifs complémentaires : l’un étant de permettre aux agences de (re)trouver l’équilibre financier sur leur activité de gestion locative en sauvegardant leur temps de visite   pour les locataires adéquates .

L’autre, de faciliter la mise en relation du locataire avec le bon propriétaire : celui qui, au-delà de l’aspect administratif, est capable de comprendre le quotidien du Kokooné que nous accompagnons. Un aspect relationnel dans la recherche de logement qui n’est possible que grâce à notre technique de “matching basé sur les centres d’intérêts et les grands moments de vie partagés entre le Kokooner et son Kokooné.

Nous cherchons donc des agences immobilières partenaires capables de placer l’humain avant les dossiers de location, et ainsi accepter tout type de budget, tout type de poste (CDD, CDI, indépendants), et tout type de projet de vie ! Nous nous occupons d’offrir des  garanties pour se protéger du défaut de paiement.

En bref, manager, délivrer, gagner en qualité, en performance et en coût sont mes objectifs quotidiens en tant qu’ Head Of Operations. Un poste où je m’épanouis et ne m’ennuie jamais !

Une période de crise qui n’aura pas les rêves de Kokoon !

J’ai d’autant moins le temps de m’ennuyer, que j’ai rejoins Lénaïc Boucher et Alexandre … au poste d’associée !

Je garde également un pied sur le terrain, en portant ma casquette de Kokooner lorsque j’en ai l’occasion ! Et le moins que je puisse dire, c’est que  : « toutes les histoires de nos Kokoonés sont touchantes » ! Je me nourris et me motive grâce à ces rencontres.

Ces dernières semaines, la mission qui m’a particulièrement marqué est la recherche de Chloé, infirmière intérimaire en unité covid, désireuse de prendre son indépendance, mais en cruel manque de temps pour trouver son futur Kokoon. J’ai passé 130 coups de fil, pour finalement décrocher 4 visites vertueuses… L’une d’entre elles était la bonne !

Par cette réussite, je sais que j’ai contribué à changer sa vie de manière positive.

Et c’est précisément ce que nous voulons continuer à faire chez Kokoon : changer la vie des gens en ayant une vision plus humaine de la recherche d’appartement. Et nous allons nous donner les moyens d’y arriver en recrutant 300 Kokooners partout en France d’ici la fin d’année !

Le marché de la location n’a pas de sens sans l’humain. Nous avons compris chez Kokoon que l’humain n’existe que par de grands moments de vie. Le déménagement en fait partie !

Lire aussi